En 1348, pendant que la peste sévit dans les rues de Florence, un groupe de jeunes patriciens se confine sur les hauteurs de la ville. Pour faire passer le temps ils se racontent des histoires, une centaine au total à raison de dix par jour, en s’inspirant de personnages qui leurs sont familiers.

Si les circonstances qui ont inspiré Giovanni Boccaccio à rédiger le Décaméron nous rappellent les évènements actuels, les conditions ont depuis fortement changé.

Ce qui nous relie à Boccacce par contre, c’est le désir de partager. Nous sommes nombreux en ces premiers heures d’éloignement à sentir ce manque, à tâtonner pour trouver un nouvel équilibre d’échange.

C’est une occasion en ce qui me concerne, pour partager avec des passionnés d’entrepreneuriat et d’innovation autour d’un projet similaire à celui de Boccacce.

Depuis quelques mois déjà je travaille à la rédaction d’un roman-documentaire racontant dix années d’innovation en Occitanie. Les évènements récents vont me permettre d’intensifier mon travail autour du projet temporairement appelé Superposition.

Si j’intègre dans ce conte de nombreuses anecdotes issues de ma propre expérience avec l’écosystème, j’intègre également des témoignages d’acteurs ayant activement participé à l’animer.

Plusieurs entrepreneurs m’ont déjà accordé leur temps pour partager leur expérience, parmi lesquels Thierry Merquiol, Jean-Nicolas Piotrowski, Alexandre Séménadisse ou encore Frédéric Darin. D’autres interviews sont déjà prévus pour les semaines à venir. Peut-être me ferez-vous également ce plaisir?

Ainsi nous pourrons faire écho aux protagonistes de Boccacce en partageant à notre manière nos histoires, qui seront diffusés à leur tour lorsque les beaux jours reviendront.

Ce post sera rapidement suivi par d’autres messages évoquant plus en détail le projet, donnant je l’espère lieu à des échanges constructifs

Je conclus en remerciant le cabinet de propriété intellectuelle Ipside qui sponsorise ce projet. Je remercie tout particulièrement Christophe Cornuejols qui, dans la lignée de son esprit entrepreneurial commencé avec Nomatica en 1999, fait un paris sur l’avenir et l’innovation.

Philippe Cartau